Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 10:15
Guy Jacques de Dixmude Devenir soi.
Guy Jacques de Dixmude
LPC n° 12 / 2010

Depuis longtemps je suis convaincu que le sens de la vie et la source du bonheur consistent à être bien dans sa peau et dans son esprit. Ayant eu l'avantage de lire et fréquenter Marcel Légaut, je me suis permis de rédiger un petit texte sans prétention en lui empruntant le titre d'un de ses livres qui, s'il n'est pas le plus gros, reste pour moi un programme et projet de vie.

Toute démarche spirituelle ouvre nécessairement à la purification et au dépouillement, invite au carême du cœur et au jeûne de l'âme. Mais, si elle passe par le renoncement aux illusions, elle ne dispense pas d'un travail d'archéologie personnelle, c'est-à-dire d'une interrogation sur notre histoire, nos fidélités, nos répétitions et nos legs. Elle ne nous évite pas l'économie de nos croyances et l'exploration des pièges et des malentendus qui nous ligotent et nous entravent avec nous-mêmes ou autrui. Elle s'appuie sur un travail d'apprentissage pour nous donner des repères fiables et des points d'ancrage fermes.

En même temps, cette démarche nous accule au dénuement ; le risque encouru est celui d'un ébranlement et d'une rencontre douloureuse avec notre nudité spirituelle. Cette quête nous confronte à nos indigences affectives, à nos trop-pleins et à nos encombrements, au poids de nos certitudes, au dérisoire de nos valeurs, à nos carences en même temps qu'à nos béances. Dans ces moments de déstabilisation qui caractérisent tout changement, le recours à des repères valides et éprouvés est nécessaire pour nous maintenir debout et ancrés dans notre axe ; des repères qui, sans dicter la marche à suivre, soient des balises, sans pour autant entraver la recherche et le renouvellement des interrogations.

Pour devenir soi-même, il faut naviguer à l'estime ou être guidé pour trouver la voie. Voie qui se présente tantôt comme un espace immense entre croyances et certitudes, tantôt comme un chemin étroit où vont se confronter intuitions, observations et expériences. Avant de parvenir à un clin d'œil d'éveil, il faut parcourir tout un itinéraire qui va de la recherche de la vérité, avec le risque d'une appropriation, à la nécessité d'un dépouillement. Il faut créer beaucoup de vide en soi pour naître au recevoir…

Etre "un vivant plutôt qu'un vécu" pour reprendre cette belle expression de Marcel Légaut, cela implique une succession de naissances et d'accouchements, par conséquent de moments pénibles et douloureux ; la péridurale en ce domaine est encore à inventer… Ces naissances furent chez moi nombreuses, multiformes, imprévisibles, étonnantes et si diversifiées qu'elles ont suscité chaque fois émerveillement et enthousiasme, au-delà de la détresse, de la déstabilisation et de la remise en cause qu'elles ont provoquées. J'ai ainsi appris qu'à défaut de père, dont je fus privé cinq ans durant, il faut avoir des repères ; que les enfants ne nous appartiennent pas : ils ne font que venir à travers nous. Et, s'ils m'inspirent admiration et étonnement, j'assiste avec bonheur à leur combat pour devenir autonomes, adultes, créateurs. Quoi qu'on en dise, l'évangile a raison : les familles sont faites pour être quittées ; l'enfant n'est pas un objet destiné à faire le bonheur de ses parents ou grands-parents, et l'éducation bien comprise consiste à les rendre autonomes le plus tôt possible ; la vie animale dans la nature nous donne en ce domaine une leçon sans équivoque. La vie ne rime qu'à ça : devenir soi, envers et contre tout et tous ; remettre en question, ne pas s'installer…

Guy Jacques de Dixmude

Published by Libre pensée chrétienne - dans Foi et psychologie