Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 15:08
bateau lpc Petit historique de LPC (langage oral)
Christiane et Herman Van den Meersschaut
LPC n° 15 / 2011

Herman :

Pour trouver les origines de LPC, il nous faut remonter bien au-delà de 1991.

En effet, en 1976 un groupe d'une dizaine de paroissiens du Christ-Roi à Laeken, voulant approfondir leur foi, décide de se réunir deux fois par mois avec le curé de la paroisse André Verheyen. Ce groupe appelé "Formation chrétienne" et animé par un laïc, André Hannaert, fonctionnera pendant vingt ans de 1976 à 1996. C'est sans doute grâce à ce groupe qu'a germé dans l'esprit d'André Verheyen son projet de "Libre pensée chrétienne".

En 1991, il prend sa retraite et s'installe à Ellezelles. Bien décidé à garder sa liberté d'action, il demande à Mgr Lanoo de ne pas être placé comme prêtre aidant dans une paroisse, afin de pouvoir réaliser son projet LPC. Assez curieusement Mgr Lanoo accepte et, à la Pentecôte de la même année, commence l'exaltante aventure Libre pensée chrétienne qui durera pour lui jusqu'en 2007.

Le bulletin débutera très modestement par "une feuille de chou", comme disait André, un simple feuillet diffusé dans la paroisse, à des amis et connaissances. Il s'agit d'un appel à tous ceux qui sont en recherche à échanger librement sur "les réalités profondes qui nous font vivre". Une recherche partagée dans un esprit œcuménique ouvert aussi à ceux qui ne se réclament pas d'une religion particulière. Ce feuillet mensuel va rapidement s'étoffer, d'abord par les questions et les réflexions des lecteurs.

En décembre 91, un comité de rédaction est mis sur pied. Il est composé de : André Verheyen, André Hannaert, Sœur Simone et Julien Verheyen.

Ce comité va se mettre à rédiger des articles, des recensions, à reprendre des citations d'auteurs, etc.

L'année suivante, une première assemblée rassemblera 40 personnes chez les Dominicains à Bruxelles. À partir de là, le bulletin va trouver petit à petit sa forme et sa ligne éditoriale. Avec un système d'abonnement, il paraîtra sur une vingtaine de pages jusqu'en 2001. C'est à dire 111 numéros mensuels distribués à ± 200 abonnés. C'est à cette époque aussi que se forment 4 petits groupes de réflexion se réunissant, avec André Verheyen, au domicile des membres.

Chaque année seront organisées deux assemblées avec divers conférenciers et un peu plus tard, en 1998, vont démarrer les rencontres du 1er samedi, rue Tollenaere, qui rassembleront régulièrement une bonne vingtaine de personnes.

En mai 2001, André subit un important accident de santé et est obligé de réduire ses activités. Il revient à Bruxelles pour s'installer dans la maison de retraite de la rue Haute. Le comité de rédaction continue à se réunir, de même que les habitués des premiers samedis. André Hannaert, son fidèle ami des premières heures, lui rend régulièrement visite et ensemble ils préparent les réunions.

Ce n'est qu'en mai 2003 que reprendra la publication d'un bulletin ±mensuel de 24 pages distribué gratuitement aux anciens abonnés, les frais étant entièrement supportés par André Verheten. C'est dans le n°6 de septembre 2004 que paraîtra pour la première fois la charte d'LPC.

Vingt trois numéros seront ainsi publiés jusqu'à son décès tout à fait imprévu en 2007. Ce 23 mai 2007, le dernier numéro était prêt pour l'impression, il ne manquait que l'éditorial d'André.

Mais l'aventure LPC ne se limite pas à la revue. Pour beaucoup d'entre nous la rencontre avec André a été décisive. Ceux qui l'ont bien connu savent combien il était généreux, à l'écoute et attentif aux autres et surtout aux plus faibles. Pour Christiane et moi en tous cas cette rencontre fut déterminante dans notre démarche de libre pensée. Elle eut lieu en 1993.

Christiane :

Nous étions tous deux professeurs de religion dans l'enseignement primaire et très actifs dans la paroisse Ste Claire à Jette. Nourris par des formations, des lectures, des conférences de personnalités comme Jean-Pierre Charlier, Gérard Bessière, Philippe Bacq, André Wénin, José Reding, Hans Küng, Eugen Drewermann et bien d'autres, nous avons vécu un long cheminement spirituel. Grâce aux clés que ces gens nous ont données, nous avons pu faire une lecture symbolique de la Bible, en découvrir le sens profond et parfois des interprétations insoupçonnées de ces paroles d'hommes sur Dieu. Nous avons découvert aussi que Jésus était un libre penseur juif qui osait prendre des distances par rapport aux rites, au Temple et aux docteurs de la Loi. Cela nous a menés à une très sérieuse remise en question de notre foi et à oser prendre à notre tour certaines distances par rapport à l'Église-institution, son magistère et ses dogmes.

Jusqu'à personnellement me définir comme une "libre penseuse chrétienne." Mais…oser penser autrement que les autres était une situation très inconfortable : nous avions l'impression désagréable d'être souvent incompris et isolés. D'être en exil, en errance.

Comme Abraham, nous avions quitté notre pays, pour devenir nomades…

Quel ne fut pas notre étonnement de trouver, dans le journal "Dimanche", l'annonce d'une conférence de José Reding organisée par la" Libre pensée chrétienne" au vicariat de Bruxelles, rue de la Linière.

Tout de suite, je prends le téléphone et j'appelle les organisateurs. C'est André Verheyen qui me répond. Une longue conversation s'engage, la similitude de la démarche d'André avec la nôtre me frappe immédiatement. Nous ne sommes plus seuls, d'autres sont en "errance" comme nous ! Et même un prêtre !!

Après cette conférence décapante, tout s'enchaîna rapidement. Nous avons, le jour même, demandé à André Verheyen d'entrer dans un groupe de réflexion à Laeken et plus tard nous avons participé à la création des rencontres du premier samedi.

En février 1998, nous avons été invités à entrer dans le comité de rédaction de la revue. Après le décès de Julien Verheyen, en novembre de la même année, à la demande d'André nous avons continué nos réunions à Waterloo chez sa belle-sœur, Rose, l'épouse de Julien. Isidore Cordemans, Jean Ghisdal et Francis Van Dam ont rejoint notre équipe. Nous avons vécu là de passionnants débats et si, libres penseurs, nous avions des sensibilités différentes, nous étions toujours respectueux des opinions de chacun. C'est à ces réunions, que nous avons fait la connaissance de votre œuvre, Bernard. À l'époque, vos écrits nous confortaient dans notre recherche de spiritualité et dans notre démarche de libres penseurs chrétiens.

A ce moment, Herman et moi n’imaginions pas du tout où cela nous mènerait. En effet, jusqu'en 2007, la rédaction d'une grande partie de la revue reposait sur les deux André. André Verheyen en était l'âme et il l'a toujours portée comme son enfant. On évoquait bien parfois la question de la relève, mais André vivait comme s'il était immortel !

Aussi, lorsqu'en mai 2007, André décède inopinément, ne nous laissant aucune directive pour l'avenir, à notre grande tristesse s'ajoute le sentiment d'être vraiment, vraiment orphelins.

Nous nous retrouvons avec une équipe très réduite, Sœur Simone étant décédée en 2000, Jean s'étant retiré pour des raisons familiales et André Hannaert, déjà fort affaibli par la maladie, s'étant également retiré de l'équipe. Il nous quittera malheureusement en décembre de la même année.

Nous tenons ici à lui rendre hommage en tant que cofondateur de LPC. Sa passion de l'étude de la Bible, qui l'a poussé à apprendre le grec et l'hébreu, nous a bien souvent éclairés et rendu de précieux services. Nous sommes très heureux que Jacqueline, son épouse se trouve parmi nous aujourd'hui.

Donc en cet été 2007, bien que persuadés que la revue répondait à une réelle attente, nous nous posons évidemment des questions sur nos capacités à reprendre le flambeau. Nous sommes animés de sentiments contradictoires.

En accord avec André Hannaert, Isidore et Francis, nous demandons alors l'avis de nos lecteurs. Nous leur posons la question : "Sans l'apport fondamental d'André Verheyen, notre revue doit-elle cesser d'exister ou faut-il continuer la mission qu'elle s'était fixée ?" Dans les semaines qui suivent nous recevons 3 réponses négatives et 60 réponses positives et enthousiastes, nous poussant à reprendre la publication.

C'est cet appui massif qui nous a persuadés de continuer. Luc Bossus, qui faisait partie de notre groupe de réflexion depuis 1993, nous accompagne alors avec Isidore chez Gabriel Ringlet. Les encouragements de celui-ci, comme plus tard ceux de Jacques Vermeylen, ont aussi été pour nous très stimulants.

Et, c'est ainsi que nous avons recontacté les personnes qui nous avaient proposé, dans leur courrier, une collaboration rédactionnelle ou autre, pour former deux équipes : une équipe de rédaction et une équipe de gestion.

C'est en mars 2008 que paraissait le n°1 du nouveau trimestriel LPC, en version papier ou informatisée. Sur la toile apparaît le Blog LPC. Nous comptons à ce jour 345 abonnés dont 38 en France et 14 dans le reste du monde. Nombre en constante progression.

Nous en profitons pour remercier de tout cœur tous ceux qui n'ont pas voulu laisser la nacelle au port, qui nous ont fait confiance, qui nous ont rejoints et avec qui nous naviguons au large en ce moment.

Herman :

Nous voudrions maintenant vous présenter nos deux équipes. Je vous préviens : certains portent une double casquette :

L'équipe de gestion: Luc Bossus (notre bras droit), Gisèle Brouwer, Marie-Jeanne DePauw, Christiane et Herman VDM, ainsi qu’Yves Janssens, notre trésorier, remplaçant notre regretté Isidore Cordemans qui nous quittés en 2010. Isidore était un des tout premiers à répondre à l'appel d'André en 1991.

Dans l'équipe de rédaction nous avons : Christian Bassine (excusé), M-J De Pauw, Alain Dupuis (Excusé, Espagne), Edouard Mairlot (Espagne), Francis Van Dam, Christiane et Herman VDM et notre correctrice, Monique Levie.

Avec vous, car sans vous nous ne serions pas là, avec vous donc, nous voilà embarqués dans cette navigation à vue qu'est la démarche du libre penseur chrétien.

Christiane et Herman Van den Meersschaut

Published by Libre pensée chrétienne - dans La libre pensée chrétienne