Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 15:33
Hyacinthe Vulliez Jésus, je t'écris. (1)
Hyacinthe Vulliez
LPC n° 21 / 2013

Le Bouddhisme dont l'essentiel se résume en ce mot : "Eveil", a de plus en plus la faveur des Occidentaux. Les Centres bouddhiques sont en nombre croissant en France. Certains ont même un rayonnement international comme Karma Ling en Savoie ou plus récemment le Centre international bouddhique du Salève qui surplombe Genève, la capitale mondiale des Organismes internationaux.

Des chrétiens sont surpris d'apprendre leur existence. Ils s'en inquiètent et s'interrogent : "Pourquoi ce succès ?" Ils s'en alarmeraient moins s'ils savaient mieux qui tu es, Jésus. Ils voient en toi un maître qui enseigne. Et non un éveillé qui éveille !

C'est ce qui perturbait les pharisiens, les scribes et les prêtres de ton temps. Détenteurs d'un savoir religieux et maîtres souverains en raison du pouvoir que leur conféraient leurs connaissances, ils ne toléraient pas qu'un Juif de Nazareth parle aux foules pour les éveiller à la liberté ou même seulement qu'il s'entretienne avec quelques-uns, leur recommandant de se dépouiller et de se détacher au maximum pour être libres comme le vent.

L'éveillé dans la tradition bouddhique est celui qui fait l'expérience de la "vacuité". Qu'est-ce à dire ? La vacuité bouddhique prend des sens légèrement différents suivant les maîtres à penser. Mais ceux-ci sont unanimes à reconnaître que la vacuité n'est pas le vide. Elle est un lâcher-prise, une mise à distance de l'ego, du moi-je, un abandon qui descend jusqu'aux profondeurs extrêmes de l'être humain pour atteindre une pleine conscience qui crée en chacun l'harmonie et le rend solidaire de tous les autres êtres.

Quatre syllabes s'entrechoquent, deux contre deux : moi, je et je suis. Faire l'expérience de la vacuité consiste à passer du "moi, je" au "Je suis". Passage laborieux du renoncement pour atteindre la conscience claire de l'exister. Les psychologues et les psychanalystes parlent très légitimement d'un travail. Descendre en soi et prendre conscience de l'être que je suis, de l'être sur lequel repose le "je". Prendre aussi conscience de l'être humain qu'est l'autre, et puis nouer le lien qui unit un être à l'autre. C'est ainsi que naît le premier vivre à deux, le premier couple, le premier vivre ensemble. C'est ainsi que naît le social à sa racine. Tout exercice spirituel consiste à faire ce passage, le "je suis" étant toujours devant soi l'objectif à atteindre.

Jésus, tu t'éveillais en écoutant ton Père des cieux te parler en ta conscience. Mais auparavant, tu faisais le vide en toi. "Vide intarissable", dit la sagesse zen. Et tu explorais la vacuité, comme le font les bouddhistes. "Parvenu à l'extrême du vide, dit Lao Tseu, philosophe chinois du sixième-cinquième siècle avant J.C., fermement ancré dans la quiétude, tandis que dix mille êtres éclosent d'un seul élan, moi, je contemple le retour…Revenir à sa racine, c'est la quiétude".

Jésus, tu allais à la racine de ton être, fait d'humain et de divin. "Devenir conscient de ce que l'on est réellement, dit encore la sagesse zen, c'est ce que l'on appelle l'Eveil". Jésus, c'était là ta pratique ! Tu descendais profondément en toi, et puis à l'écart, sur une montagne ou sur quelque rive du lac, tu faisais le plein en t'abreuvant à la plénitude de ton Père. Le poète franco-chinois François Cheng écrit : "Seul l'homme parfaitement en accord avec lui-même, parfaitement sincère, peut aller au bout de la Nature". Tchouang Tseu ( philosophe chinois du quatrième siècle avant J.C.) lui, écrivait en forme de dilemme: "La vie humaine est concentration de souffle, lorsque celui-ci se concentre, il y a vie. Lorsqu'il se disperse, il y a mort".

Jésus, une fois revenu à ton origine, tu revenais rencontrer les foules, ton visage rayonnant de lumière divine. Lumière qui venait du dedans. Toi, l'éveillé éveilleur !

Hyacinthe Vulliez

(1) In " Jésus , je t'écris" de Hyacinthe Vulliez (voir Quelques livres p. 28 ) (retour)
Published by Libre pensée chrétienne - dans Jésus