Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 09:00
Gérard Bessière Al Hallaj (1)
Gérard Bessière
LPC n° 30 / 2015

Qui connaît Al Hallaj, ce mystique musulman représenté avec un grand peigne de fer, qui cardait la laine et le coton ? Il fut appelé le "cardeur des consciences" car il les démêlait et les transformait. Il voulait aussi pénétrer Dieu. Il lui disait : "Tu es là, entre les paroles de mon cœur" (2).

Il fut crucifié à Bagdad, en 922. On brûla son corps et ses cendres furent jetées dans le Tigre. Mais il a traversé les siècles et les frontières religieuses.

Les maîtres spirituels qu'il fréquentait dès son adolescence réservaient à leurs disciples le chemin de l'union à Dieu. Lui voulait l'offrir à tous, ouvriers, savants, mécréants, pécheurs… Pour lui, l'accès à Dieu n'était pas enfermé dans les rites, les prescriptions juridiques ou les orthodoxies religieuses. Il prêchait en public que Dieu est pour tous et qu'il veut s'unir à l'homme, discrètement, à l'intime de la vie la plus simple. Lui qui avait passé un an sur le parvis de la Ka'ba, à La Mekke, invitait même à remplacer ce rite traditionnel par le pèlerinage intérieur puisque Dieu habite en nous.

Le cardeur chantait à Dieu : "Tu es le rythme de mon souffle et le nœud de mon être" (3) . Mais ce n'est pas l'homme qui a l'initiative : "Je t'appelle, non, c'est toi qui m'appelles à toi… O essence de l'essence de mon existence, ô toi, mes balbutiements" (4).

Les hommes au pouvoir, politique ou religieux, n'aiment pas que Dieu s'évade des rites, des pratiques et des doctrines qui cimentent la société. Al Hallaj fut emprisonné, puis crucifié cruellement. Il avait pardonné. Il a laissé quelques vers fulgurants prononcés sur la croix : "Va-t'en prévenir mes amis que je me suis embarqué vers la haute mer et que ma barque se brise. Comme Jésus je suis parvenu au sommet du gibet, comme Jésus, j'ai révélé le secret au public, j'ai étreint l'essence de Jésus : comme point d'appui, le Tout est assez" (5).

Al Hallaj, Jésus, et tant d'autres à tous horizons d'humanité, annoncent dans la douleur la haute crête où les religions se rencontreront peut-être un jour, débarrassées des revêtements et des amalgames du passé, accueillantes au "secret" qui les habite.

Mais aujourd'hui, ces êtres d'avenir sont encore ignorés alors qu'ils ont ouvert des chemins sur lesquels beaucoup de nos contemporains, même agnostiques, pourraient trouver pure lumière. (6)

Gérard Bessière

(1) L'éternité affleure (p.90) Ed. Les amis de Crespiat (retour)
(2) Diwan M 61. (retour)
(3) Diwan M 64 (retour)
(4) Diwan Q 1, in " Hallaj ou la religion de la croix ", Roger Arnaldez. Plon 1964 (retour)
(5) 4Diwan M 56,in Michel Hayek, "Le Christ de l'islam". Seuil 1959 (retour)
(6) Cf Louis Massignon : "La passion d'Hallaj". Gallimard 1975 (retour)
Published by Libre pensée chrétienne - dans Religions et violence