Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 10:06
André Verheyen Le mot d'André Verheyen : Y a-t-il une théologie pour les gens simples ?
André Verheyen
LPC n° 31 / 2015

L'intervention de l'évêque de Namur dans le quotidien "Vers l'Avenir" du 26 janvier dernier a rappelé à notre bon souvenir cette préoccupation, ce souci d'une expression de la foi qui soit accessible aux "gens simples". Nous lisons ainsi : "…je souffre du scandale de gens simples, déconcertés d'entendre de la bouche d'un prêtre, que l'enfer, le purgatoire et le paradis sont des catégories inventées pour maintenir les gens simples dans la peur, voire de pures inventions médiévales."

Qui sont les "gens simples" ?

C'est évidemment une question-piège. On pourrait dire que "les" gens simples n'existent pas plus que "les" jeunes. Il existe des jeunes aussi différents que des adultes. Il y a, dans ses généralisations simplistes ou hâtives, une déviation vers l'abstraction et un manque de réalisme concret.

Si je tiens à affirmer cela avec conviction, c'est parce que je participe depuis des années à de nombreuses réunions de partage et d'échanges dans des groupes très variés. On y trouve des religieux et des agnostiques, des enseignants, et des ménagères, des employés et des ouvriers. Et ma préoccupation a toujours été d'être accessible et compréhensible pour tous les participants.

C'est d'ailleurs pour cela que j'avais été si impressionné par la prise de position du théologien Robert Blomme (1927-1966) qui nous disait un jour : "Je souhaiterais qu'il y ait un serment pour les théologiens, comme le serment d'Hippocrate pour les médecins, qui dirait à peu près ceci : je jure de ne jamais rien dire si ce n'est en termes compréhensibles, à commencer par moi-même".

Il y a une méprise caractéristique du discours conservateur : c'est de penser qu'on "trouble les gens simples" quand on remet en question les affirmations traditionnelles du magistère officiel.

Je constate, quant à moi, que les débats télévisés de tout genre sont suivis par un public si nombreux et si varié que ce sont de moins en moins les remises en question qui troublent et de plus en plus les anciennes formulations dogmatiques qui ne correspondent plus à la sensibilité culturelle contemporaine.

Comment peut-on se prétendre soucieux des gens simples en imposant encore le Credo de Nicée–Constantinople ?

Comment peut-on penser qu'on respecte les gens simples en les maintenant dans la conception historicisante des textes bibliques dont le genre littéraire est mythologique ou symbolique ? C'est aussi méprisant que de penser qu'ils ne sont pas capables de comprendre le genre littéraire des épopées médiévales ou des fables de La Fontaine.

Comment peut-on penser rendre service aux gens simples en continuant à utiliser des mots ambigus comme "résurrection" et à fortiori, "résurrection de la chair" ?

Non seulement on rend le dialogue interreligieux difficile - pour ne pas dire plus - mais on pervertit une réalité spirituelle en exploit de Superman.

André Verheyen. LPC n°88/1999

Published by Libre pensée chrétienne - dans Le mot d’André…