Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2015 6 12 /12 /décembre /2015 18:13
André Verheyen Le mot d'André Verheyen : Eviter le choc ou l'amortir ?
André Verheyen
LPC n° 32 / 2015

La plupart des gens vous diront qu'il faut éviter de choquer les personnes.

Et c'est ainsi qu'il y a des choses dont on préfère ne pas parler.

Pendant toute ma vie, j'ai répété avec toute la communauté chrétienne que Jésus-Christ est vrai Dieu et vrai homme, que Marie est la mère de Dieu, que Jésus est un homme dans lequel la deuxième personne de la Ste Trinité s'est incarnée et qui sait donc tout et peut tout.

Depuis quelques années, je me sens solidaire des chrétiens pratiquants et engagés qui refusent de continuer cette proclamation d'un ensemble dogmatique périmé. C'est une question de conscience, une question de sincérité et de fidélité à ce qu'a réellement été Jésus de Nazareth.

Je me trouve donc confronté à la question : "Faut-il éviter les sujets qui risquent de choquer ?" Ma réponse est sans équivoque : le mal est fait ; des millions de gens sont choqués et ont quitté "une Eglise qui parle depuis le Moyen-Age".(Gabriel Marc, cité par G.Ringlet dans l'Evangile d'un libre penseur)

C'est certainement parce que je suis prêtre que je n'ai pas quitté mon Eglise et je considère qu'il faut amortir le choc pour toutes les personnes dont on pense qu'elles ne pourront pas l'amortir elles-mêmes. Mais il ne sert à rien d'éviter des questions qui se reposeront de toute manière un peu plus tard.

Rappelons-nous la réflexion, qui se voulait critique à l'époque du Concile : "On nous change la religion !". Il fallait montrer alors qu'on changeait par rapport à ce qui avait déjà changé avant, ce qui avait déjà trahi le projet de Jésus et qu'il s'agissait donc d'un retour à une certaine authenticité évangélique. La liturgie était le domaine dans lequel le problème était le plus palpable.

Aujourd'hui, la mutation est d'un tout autre ordre : il ne s'agit pas tellement de manières de faire mais de manières de penser et de s'exprimer. Finalement le problème se trouve dans notre conception de Dieu.

Nous en convenons tous : le monde évolue à une vitesse effrayante.

Mais nous sommes beaucoup moins nombreux à admettre qu'il en va de même pour la réflexion théologique. Elle aussi évolue à une vitesse déstabilisante ! Et ici, il y a un problème, c'est que la plupart des gens pensent que les vérités religieuses ne peuvent pas changer. Il suffit de constater la proportion de conservateurs dans l'Eglise, ainsi que les mouvements de refus vis-à-vis des réformes.

La tolérance et la bienveillance permettent cependant d'approfondir la réflexion sur des sujets qui divisent. La méthode écrite favorise encore le climat de dialogue serein car les débats oraux - on le voit bien sur nos plateaux de télévision - prêtent souvent aux émotions et à l'emballement.

Le sujet que nous allons traiter est certainement un de ces sujets qui peuvent "fâcher" au début, mais qui sont incontournables dans notre société occidentale contemporaine. En effet, certains vouent tellement de respect et de vénération à des réalités considérées comme sacrées ou surnaturelles, que le seul fait de proposer une réflexion à leur sujet est déjà ressenti comme une désacralisation ou une provocation.

Or, ceux qui proposent la réflexion à leur sujet, le font au nom de la vérité et de la rigueur intellectuelle qu'ils considèrent, eux, comme sacrées, même s'ils n'utilisent pas nécessairement cet adjectif pour le dire.

Ce n'est pas manquer de modestie, de constater que nous, "Libre pensée chrétienne", nous sommes bien placés pour communiquer notre expérience et notre réflexion au sujet de cette évolution, de cette maturation qui part d'une conception un peu enfantine, un peu magique de la religion et qui découvre, dans l'Evangile même les clefs d'une purification vers la spiritualité.

La foi dont nous devons témoigner est l'enthousiasme profond des minorités agissantes et conscientes. Les "signes du Royaume" la soutiennent : chaque fois que quelqu'un, qui se demandait s'il n'allait pas quitter ce christianisme dogmatique dépassé, nous manifeste sa joie de vivre comme une libération la découverte de ce chemin d'enthousiasme discret qu'est "La libre pensée chrétienne".

Sachez-le et dites-le.

André Verheyen. Décembre 2006

Published by Libre pensée chrétienne - dans Le mot d’André…