Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 08:00
André VerheyenDire le contraire pour être fidèle
André Verheyen

Pour être fidèles à nos ancêtres, nous devons souvent agir autrement qu'eux. On connaît l'histoire de cette congrégation religieuse qui avait des Statuts dans lesquels il était dit que "par esprit de pauvreté, les religieuses mangeraient dans des assiettes en terre cuite." Aujourd'hui, les assiettes en terre cuite sont plus chères que la plupart des autres.

On a le même phénomène dans les formulations théologiques. Quand la culture change, il faut changer la formulation d'une vérité pour lui être fidèle.

"Puisque les hommes ont tous une nature de chair et de sang, "Jésus a voulu partager cette condition humaine." (He. 2, 14)

La mutation culturelle que nous avons vécue pendant le XXe siècle ne nous permet plus de dire que Jésus "a voulu" être homme. Il l'était ! Il est né homme, Juif, que ce soit à Bethléem ou à Nazareth.

C'est au cours de sa croissance humaine qu'il a pu, librement, vivre sa condition humaine et même sa vocation prophétique et messianique.

Il en va de même du fameux "fiat" de Marie: "que tout se passe pour moi comme tu l'as dit." (Luc, 1,38)

-Si on a compris le genre littéraire des évangiles de l'enfance (Chap. 1 et 2 de Luc et chap. 1 et 2 de Matthieu) qui est théologique et non pas historique.

-Si on a compris que les auteurs bibliques racontent de façon miraculeuse la naissance de leurs grands personnages,

-Si on a compris que Marie a donné naissance à son enfant comme toute autre maman en Israël,

-Si on constate que même pendant son ministère public: "les gens de sa parenté vinrent pour s'emparer de lui. Car ils "disaient: "Il a perdu la tête"" (Marc, 3, 21)
"Arrivent sa mère et ses frères. Restant dehors, ils le firent "appeler." (Marc, 3, 31)
"En effet, ses frères eux-mêmes ne croyaient pas en lui." (Jean."7, 5)

-On voit que rien n'était "convenu d'avance".

On comprend par le fait même que Marie n'a jamais eu à choisir ni à donner son accord au fait de donner la vie au « Sauveur »

C'est plus tard, au fil des événements qu'elle a dû les accepter en essayant d'y percevoir la volonté de Dieu et la signification messianique de l'activité prophétique de son fils.

André Verheyen ( LPC n°23 août 2007)

Published by Libre pensée chrétienne - dans Foi et croyance