Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2017 6 18 /11 /novembre /2017 09:00
André VerheyenEt le Ciel ?
André Verheyen

Un lecteur du journal paroissial « Dimanche » du 5 octobre 2003 demande: "Et le ciel, cette vie éternelle, quelle en est votre vision, en quoi croyez-vous? En quoi croire? Monseigneur Huard parlait de retrouver les siens, ceux qu'il aimait... comme tant d'images-souvenirs et de faire-part le mentionnent. Mais il n'est pas possible de croire que cette vie sera la transposition de celle vécue sur cette terre..."

Une première réflexion que je me faisais, c'est que si quelqu'un pose la question en ces termes, c'est parce que c'est ainsi qu'on a toujours présenté les choses. Et la deuxième réflexion qui m'est venue à l'esprit, c'est qu'on ne peut pas en vouloir à ceux qui ont présenté les choses ainsi car cela partait d'un bon sentiment: ils ont généralement voulu apaiser une souffrance, alléger un deuil, susciter une espérance. Et même souvent, ils ont tout simplement transmis ce qu'ils croyaient eux-mêmes.

Mais aujourd'hui, de nombreux chrétiens ont des exigences plus critiques. C'est donc avec intérêt que j'attendais la réponse du père Charles DELHEZ.

En fait, je voulais voir ce qu'il est possible de répondre valablement sur deux plans différents, celui du bon sens et celui de la foi chrétienne. II est vrai qu'au niveau du bon sens la plus grande partie des êtres humains affirment cette vie au ciel après la mort, avec toutes les nuances de leurs cultures différentes et aussi avec toutes les nuances de conviction qui vont de l'espérance à la certitude.

Sur ce plan- là, il y a des réflexions intéressantes qui, pour des chrétiens, trouvent leur source dans l'évangile mais dont nous avons l'honnêteté de ne plus exiger l'exclusivité. "La mort ne vide pas la vie de son sens." "Il n'est pas possible que la vraie route soit celle qui ne mène nulle part" disait Ernest Psichari.

Sur le plan de la spécificité chrétienne le père Ch. Delhez montre qu'on peut dire des choses fort intéressantes à condition de renoncer à la présentation simpliste qui faisait dire jadis que les croyants savaient et les incroyants pas.

"Pour le chrétien, non seulement la mort ne vide pas la vie de son sens mais elle permet de donner à la vie son sens le plus élevé, celui de l'amour. Car s'il n'y avait pas de mort, il y a un don que nous ne pourrions pas faire: celui de notre vie".

Si je reconnais que cela vaut pour d'autres que les chrétiens également, je peux me laisser aller sans retenue à la prière de louange pour ce que Dieu a réalisé dans la vie et la mort de Jésus.

Et c'est dans l'humilité - qui est la reconnaissance de la vérité – que nous avons le plus de chances de nous sentir en communion avec nos frères qui ne partagent pas notre foi.

"En effet, cette vie ne pouvant pas être la transposition de celle vécue sur cette terre, nous n'avons donc pas beaucoup d'éléments pour en parler. La foi chrétienne n'est pas une description de l'au-delà, mais une espérance qui nous renvoie à l'instant présent. Chaque rencontre a déjà son poids d'éternité".

Là, on n'est plus tenté de situer le ciel dans l'espace ni dans le temps. Et on souhaite d'autant plus le renouvellement du langage désuet de notre liturgie en la matière.

André Verheyen - Réflexions simples pour une crédibilité. 2003-page 28

Published by Libre pensée chrétienne - dans Mort - Au-delà - Eternité