Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2019 6 23 /02 /février /2019 09:00
bateau lpc Il ne suffit pas
Jo Bock

Faut-il ordonner prêtres des personnes mariées ? Comme Charles Delhez vient de le demander instamment dans sa chronique du 30/01, dans LLB. Voir http://reli-infos.be/saint-pere-il-y-a-urgence-a-ordonner-pretres-des-gens-maries.

Pour commencer, je n’apprécie guère les différents arguments qui expliqueraient le manque de vocations au sacerdoce célibataire. S’appuyant sur les paroles du pape François, le P. Delhez attribue ce déficit « à la pauvreté du témoignage des prêtres, des évêques... » Je pense que les prêtres qui se démènent pour assurer les messes du dimanche et les enterrements successifs, dans leurs nombreuses paroisses, apprécieront.

Ensuite on stigmatise les baptisés : ce manque de vocations serait « dû à la pauvreté du témoignage… des chrétiens » et ce serait « faute de communautés vivantes » qu’il n’y aurait plus suffisamment de vocations sacerdotales. Et pourquoi ces communautés ne sont-elles pas plus vivantes ?…

Et l’on prétend que multiplier les prêtres serait le premier remède au manque d’évangélisation. « La chaîne de la transmission risque bien d’être rompue assez rapidement. » Alors que cette transmission est principalement assurée, non par les prêtres, mais par les professeurs de religion et les nombreux(ses) catéchistes. Le témoignage des « 163000 bénévoles qui font vivre nos communautés et nos mouvements » ne contribue-t-il pas, lui aussi, à la transmission d’un Evangile humanisant ?

Par conséquent, plutôt que de chercher à le renforcer, ne faudrait-il pas commencer par faire le bilan du système hiérarchique clérical ? Se demander p.ex. : pourquoi les jeunes, si entreprenants par ailleurs, délaissent-ils l’institution ? Pourquoi nos communautés ne sont-elles pas plus vivantes ? Pourquoi l’Église est-elle coupée de la vie ?

Par ailleurs, « l’attente de tant de chrétiens fidèles et sincères » serait aussi à analyser. Quand ces chrétiens constatent avec regret : « Il n’y a plus assez de prêtres ! », c’est parfois, simplement, parce que le nouvel horaire des messes ne leur plaît pas. Et comment interpréter, même quand il y a des messes, le fait que la pratique continue à diminuer ? La vraie attente des chrétiens du XXIe siècle n’est-ce pas plutôt : la participation, la cogestion, l’égalité, la non-discrimination entre ‘simples’ baptisés et baptisés ordonnés… ? « Tout ce qui concerne les chrétiens devrait être décidé avec eux » (Yves Congar).

A la fin de Vatican II, Paul VI aurait constaté : « Tout est à repenser ! » (le rapport entre l’Église et le Royaume ; la restructuration de l’eucharistie en l’axant sur la Résurrection ; les droits et devoirs des baptisés...). Tant que ce travail n’est pas entrepris, qui aura envie de s’engager dans l’Église ? Le manque de vocations sacerdotales ne peut-il pas être un « signe des temps » du besoin d’une refondation en profondeur ?

Il y a cent ans, il y avait des milliers de bons prêtres, mais cela n’a pas empêché la déchristianisation de la France (et de la Belgique). Pourquoi ?

Jo Bock

Published by Libre pensée chrétienne - dans Eglise Eucharistie réforme Ordination de prêtres Tradition Magistère