Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 13:34
Editorial
Herman Van den Meersschaut
LPC n° 22 / 2013

Le Pape était fatigué, il a démissionné…

« Un nouveau pape est appelé à régner. Araignée ? Quel drôle de nom ? Pourquoi pas Libellule ou Papillon ? Vous n'avez pas bien compris ? Je recommence…. »

Jacques Prévert était-il vraiment conscient de la pertinence de la métaphore qu'il a utilisée dans cet amusant calembour qu'on lui attribue ? En tout cas, proposer les noms de ces jolis êtres aériens n'est peut-être pas aussi innocent qu'il n'y paraît…

En effet, entre l'image de l'araignée que l'on imagine tapie au centre de sa toile et celle, toute de légèreté et de liberté, des deux volatiles colorés, le contraste est saisissant et évocateur d'un changement radical.

Peut-on imaginer un seul instant, qu'un jour, avec un pape Papillon, l'Eglise « qui vit repliée sur elle-même et pour elle-même, dans une sorte de narcissisme théologique », abandonne sa vieille toile séculaire pour oser enfin « sortir d'elle-même » et aller butiner « vers les périphéries existentielles de l'humanité » ?

Permettra-t-on au sympathique pape François d'avoir cette liberté et l'audace d'opérer cette métamorphose ? Rien n'est moins sûr. On peut toujours rêver !

Mais à LPC, l'Eglise-Institution n'est pas vraiment notre sujet de recherche.

La spécificité de notre démarche, comme le rappellent « le mot d'André » et Alain Dupuis dans « Le courrier des lecteurs », est plutôt d'inviter ceux qui nous lisent à oser un questionnement personnel revisitant, sans crainte, sans tabous, le fondement même de toutes les croyances coulées dans le bronze des dogmes.

C'est parmi les chercheurs qui fleurissent en toute liberté dans les périphéries de la foi que nous butinons le plus souvent et essayons de trouver le nectar qui nourrira notre réflexion.

Ainsi Michel Fontaine qui, dans son livre dont nous publions un passage interpellant, nous livre son parcours et s'interroge : Dieu c'est qui ? C'est quoi ? Pour lui, comme pour beaucoup d'entre nous, cela reste une question toujours ouverte au coeur de l'homme, une sorte d'intuition de l'ordre de l'irrationnel, une présence qui le laisse en état de surprise et de questionnement.

Guy Jacques de Dixmude, plus affirmatif, nous confie que, pour lui, le Dieu de Jésus, s'il est Amour, est avant tout pardon. Chez Dieu, dit-il, le pardon est existentiel, antérieur à l'Amour.

A travers plusieurs approches différentes, nous abordons ainsi le problème de la faute et du pardon qui, dans le passé, a si profondément marqué des générations de chrétiens avec les notions de péché originel, de rachat et de salut éternel initiées par Paul de Tarse, comme le démontre le protestant Henri Persoz.

Comment les sciences humaines envisagent-t-elles aujourd'hui le problème de la responsabilité humaine devant la faute ? Et comment gérer les blessures reçues ou infligées qui entraînent culpabilité ou désir de vengeance ? C'est ce que développent Jacques Titeca, psychiatre, et Jacques Musset qui, dans une optique psychologique, propose un processus de prise de conscience qui, en s'appropriant le mal commis ou subi, peut mener à une libération, une guérison intérieure.

Avec Claire Ly qui se définit comme chrétienne venue du bouddhisme, nous retrouvons notre papillon et ses métamorphoses. Située au seuil de deux cultures, elle décrit finement, délicatement, les difficultés de son cheminement personnel, fait de ruptures difficiles et de problèmes identitaires profonds. Chez elle, la bouddhiste est attachée à la chrétienne, et la catholique est à la merci de la bouddhiste. C'est l'aventure spirituelle d'une identité en dialogue qu'elle nous invite à découvrir.

Bonne lecture et…, bonnes vacances !

Herman Van den Meersschaut

Published by Libre pensée chrétienne - dans Editorial
commenter cet article

commentaires