Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 17:58
Il y a deux théologies. (1)
Jacques Meurice
LPC n° 6 / 2009

(…) La première, la plus ancienne, a, comme référence, le Dieu éternel de la Bible, tout-puissant, créateur, immortel, immuable, détenteur de tout pouvoir et de tout savoir. Cette théologie ne peut être que totalitaire : Dieu est tout ou Il n'est pas. Elle engendre la rigueur et l'organisation hiérarchique venue d'en haut. Son insistance : la transcendance. Ses manifestations dans l'histoire : le droit canon, l'Inquisition, la sacralisation, le coup de crosse… Cette théologie a longtemps dominé la liturgie et les sacrements, elle s'exerce dans les églises et confine l'homme dans un dialogue privé et vertical avec une divinité étrangère à ce monde. Elle est bien plus ancienne que le Christianisme et remonte aux origines de l'homme. Elle a des réponses indiscutables, bien qu'insatisfaisantes, à tous les problèmes, dont la mort, la souffrance, la maladie et la guerre.

La seconde, plus récente, est celle qui a comme référence cet homme de Nazareth et son message âgé de deux mille ans : l'Evangile. Il s'agit d'un appel à la libération de tout homme et de tous les hommes. C'est l'humanité. Elle découvre dans l'homme la présence d'un Dieu immanent qui a un autre nom : amour, vérité, solidarité, justice, liberté, accueil. Elle donne un sens à la vie, par l'engagement, le combat social et politique. Elle a une préférence pour les pauvres, les petits, les paumés. Chez elle, il n'y a de structure que celle qui naît de la base, elle est démocratique et engendre un peuple de Dieu. Sa relation première est horizontale : c'est une théologie en progrès et du progrès, capable de reconnaître ses erreurs et ses imperfections, qui n'a pas un besoin pressant ou particulier de lieux ou de personnes réservées à son usage. Elle est tolérante et va à la rencontre de toutes les situations. Elle est attachée de façon indéfectible à la vie, elle lutte contre la mort. Elle n'a pas encore eu tellement la possibilité de s'exprimer et de se manifester, si ce n'est par la présence et le témoignage de millions d'hommes et de femmes qui ont senti qu'elle donnait un goût ou une valeur à leur vie.

Il y a deux théologies, incompatibles. C'est là le drame de l'Eglise catholique. Des générations d'hommes et de femmes se sont usées à vouloir les concilier. Plusieurs papes, parmi les derniers, s'y sont consacrés, en vain.

Il faut choisir ; on ne peut, sans dommage, s'y dérober. Jean-Paul II a fait son choix, tout en essayant habilement de ménager un certain nombre d'apparences en faveur de l'autre position. (…) Mais de la part des théologiens et des doyens, il est moins évident que ce choix ait été fait, de façon claire et consciente. Il faut dire, à leur décharge, que c'est également le choix entre l'ordre établi et l'aventure contestataire, entre la tradition et le progressisme hérétique, entre la sécurité institutionnelle et le cheminement personnel et audacieux.

Alors, l'alignement par obéissance ou le courage de la vérité ?

Jacques Meurice

(1) NDLR : Cet article est extrait d'une lettre publiée sous forme de carte blanche dans Le Soir en juillet 1991. (2) Elle fut écrite par Jacques Meurice, prêtre ouvrier, en réaction "à la nomination d'un évêque choisi parmi les professeurs de philosophie les plus conservateurs et devenu plus tard un des prédicateurs de retraite favoris de Jean Paul II. Il s'empressa de fermer un séminaire considéré comme progressiste, de réduire au silence les quelques théologiens, encore soucieux des vrais besoins des gens, et de mettre en place quelques bons conservateurs, comme s'il s'agissait de la gestion et de l'entretien d'un musée." Nous avons laissé les quelques lignes qui parlent plus spécifiquement de Monseigneur Léonard pour nous attacher à ces deux théologies, si bien typées. Cette situation d'hier reste malheureusement d'actualité aujourd’hui. Elle appelle un changement radical de culture…, mieux, de civilisation. Tout est à redire, à redécouvrir. (retour)
(2) Jacques Meurice "Adieu l'Eglise" pages 110-112 (retour)
Published by Libre pensée chrétienne - dans Eglise
commenter cet article

commentaires