Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 19:42
La nuit est douce.
Ivan Vanham
LPC n° 20 / 2012

Joseph fut réveillé par les pleurs de Jésus. Il se leva, se précipita vers la paillasse de l’enfant. Le corps secoué de sanglots étouffés, Jésus s’agitait sur sa couche et marmonnait, encore égaré dans un demi-sommeil : "Non, je ne veux pas, ce n’est pas vrai, ce n’est pas vrai… Il l’est, il l’est !"
Joseph lui passa tendrement la main dans les cheveux.
- Calme, gamin, calme… Me voilà, n’aie plus peur…
Lentement, le petit bout d’homme émergea de son cauchemar, ouvrit les yeux, saisit la main de Joseph et la pressa avec force contre sa joue couverte de longs filets de larmes.
- Toi, tu viens de faire un vilain rêve…
- Oui, soupira l’enfant, un sale cauchemar…
- Ne pleure plus, tout va bien maintenant. Je suis là. Viens… viens donc avec moi, respirer l’air du dehors. Cela t’apaisera. La nuit est douce…
Devant la maisonnette du charpentier, était un olivier sous lequel Joseph et l’enfant s’assirent, flanc contre flanc.
La nuit était douce, en effet.
Joseph sentit vibrer jusque dans son propre corps les sanglots du gosse, qui s’espaçaient lentement, au fil des minutes.
Soudain, un bouquet d’étoiles filantes illumina la voûte céleste.
- Oh ! Tu as vu ? fit Jésus, apeuré.
- Oui… Ce sont des étoiles qui, comme toi, sans doute, viennent de faire un mauvais rêve. Alors, leurs larmes éclaboussent le ciel !
Un moment passa. L’homme se pencha vers l’enfant :
- Dis-moi, ton cauchemar était-il donc encore plus terrible que celui des étoiles, là-haut, dans le firmament ?
Pour toute réponse, Jésus se pelotonna contre Joseph.
- Tu ne désires pas me raconter ton méchant rêve ?
L’enfant se redressa, le corps encore secoué d’un reste de sanglot, et planta son regard mouillé dans les yeux de l’homme :
- Non, je n’ose pas, je ne veux pas. Tu aurais trop de peine.
- Moi, de la peine ? Que vas-tu imaginer là ? De toute façon, qu’il soit songe agréable ou terrible cauchemar, un rêve n’est que rarement le reflet de la réalité… Alors, raconte-moi…
Le petit bonhomme ne répondit pas.
Il leva les yeux vers la voûte céleste, toujours rayée par de longues traînées luminescentes.
- Elles pleurent vraiment beaucoup, tes étoiles !
- Parce qu’elles n’ont sans doute personne à qui raconter leur cauchemar, rétorqua Joseph. Toi, tu as plus de chance qu’elles : tu peux te confier à moi… Je suis là, prêt à t’écouter…
Mais l’enfant resta muet.
Il y eut un long silence, sous les étoiles filantes.
Soudain, Jésus frissonna :
- J’ai froid…
- Rentrons, lui dit Joseph.
Ils se levèrent. L’enfant marchait devant, l’homme le suivait, la main sur son épaule. Ils s’apprêtaient à franchir le seuil de la maisonnette lorsque Jésus s’arrêta :
- Attends… fit-il.
Il se tourna vers Joseph :
- Je vais tout de même te raconter mon sale rêve…
L’homme mit un genou à terre. Leurs visages se faisaient face.
- Je t’écoute.
Alors, Jésus posa sa joue contre celle de Joseph et murmura :
- J’ai rêvé que tu n’étais pas mon papa…

Ivan Vanham

Published by Libre pensée chrétienne - dans Conte
commenter cet article

commentaires