Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 19:27
André Verheyen Le mot d'André…
André Verheyen
LPC n° 8 / 2009

Que restera-t-il après toutes ces remises en question ?

Quand nous entendons poser cette question dans nos groupes de réflexion et de partage, l'image souvent utilisée est celle d'un tricot : dès qu'on défait une maille, c'est tout qui se détricote. La question mérite que nous la prenions au sérieux.

Une première réponse nous vient de notre expérience, de l'expérience du peuple chrétien. En effet, nous avons connu des situations de grande crise où l'Eglise pensait que des pans entiers du contenu de notre foi allaient s'écrouler si on abandonnait telle ou telle affirmation. On songe évidemment aux affaires Galilée et Darwin. C'est par la suite qu'on s'est rendu compte qu'on avait mélangé les genres et que les thèses scientifiques de Galilée n'ont rien à voir avec le contenu de la foi chrétienne. De même qu'on se rend compte aujourd'hui qu'il est beaucoup plus à la gloire d'un Dieu créateur de réaliser son oeuvre à travers ces merveilleuses chaînes d'évolution que par la manière symbolique et imagée utilisée par les auteurs de la Bible. Prendre ces images au pied de la lettre serait faire une bien pauvre image de Dieu à la ressemblance de l'homme.

Ces expériences majeures devraient mettre les chrétiens d'aujourd'hui en confiance. Car les valeurs fondamentales sont toujours d'actualité. Il suffit de les dégager du carcan des dogmes qui ont pu être autrefois une garantie pour la préservation de la foi mais dont on constate qu'aujourd'hui c'est exactement le contraire.

Ce sera la deuxième réponse à la question posée ci-dessus. La réalité qui demeure, c'est que Jésus-Christ est quelqu'un de tout à fait extraordinaire ; qu'à travers sa Parole, son esprit m'apporte Lumière, Vie et Liberté. Par les majuscules que j'utilise, je veux exprimer qu'il y a là une dimension et une intensité qui dépassent l'humain ordinaire. Et il me semble que ces majuscules, de même que l'enthousiasme qu'on lit dans mes yeux lorsque je témoigne de cette conviction, sont plus parlants aujourd'hui que les diverses dogmatisations autour d'une conception immaculée, d'une maternité virginale, d'une incarnation de Dieu ou de tout autre "merveilleux" qui fait le charme de la Bible à condition de ne pas la prendre pour un livre d'Histoire.

Ce qui demeure, c'est l'intuition du Premier Testament « Tu ne feras pas d'images de ton Dieu ! », de même que le refus de Jésus de fonder son autorité sur des prodiges. Il y a urgence de fidélité à ces deux orientations bibliques qui sont particulièrement en harmonie avec l'exigence de rigueur intellectuelle de notre postmodernité occidentale !

Ce qui demeure également, c'est ce que j'appellerais le "plus" de l'évangile. Ceux d'entre nous qui n'ont pas perdu toute espérance dans l'avenir de l'humanité luttent pour la justice, pour les droits de l'homme, pour la liberté et la démocratie. Je pense qu'il faut mobiliser les opinions publiques dans ce sens. Mais je pense aussi qu'au-delà de la liberté, de la justice et des droits de l'homme, il y a ce "plus" qui n'est pas obligatoire mais qui sera nécessaire pour la réalisation du destin de l'humanité, ce "plus" qui est suggéré dans l'Evangile par les mots "si tu veux…" ou "bienheureux ceux qui…". Ce ne sera pas la règle générale, ce ne sera pas inscrit dans les législations. Ce seront des noyaux libres et conscients qui accepteront d'être sel de la terre et lumière du monde.

André Verheyen

Réflexions simples pour une crédibilité - 2ème partie (2003) page 17-19

Published by Libre pensée chrétienne - dans Le mot d’André…
commenter cet article

commentaires