Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 15:48
Jacques Musset Les feuilles mortes de mon jardin.
Jacques Musset
LPC n° 25 / 2014

A la fin de l'été et à l'automne, je m'adonne à un chantier particulier, le ratissage des feuilles mortes sous les pruniers, le lilas et le saule tortueux. Ce travail s'étale sur quelques semaines. Le premier à fleurir, le lilas, est le dernier à perdre ses feuilles. Quant aux pruniers, sitôt les fruits donnés fin juillet, début août, ils se défont de leur parure, comme s'ils avaient hâte d'entrer dans le grand repos de l'hiver. Avec mon large râteau, je regroupe en tas les centaines et milliers de feuilles avant de les mettre au compost où elles vont se décomposer lentement avant de devenir poussière d'humus.

Il m'arrive de penser à chacune d'elles qui furent, l'espace d'une saison, bien vertes et bien vivantes, peuplant les branches des arbres, assurant leur respiration et assainissant l'atmosphère, en dégageant le précieux et essentiel oxygène dont l'homme a tant besoin pour vivre. Chacune de ces feuilles minuscules a apporté modestement mais réellement sa contribution à la survie de l'humanité et de son environnement. Chacune a été utile à sa place. Chacune a rempli sa mission, fidèlement, sans bruit, dans la discrétion, obscurément. Et de même qu'elles sont nées, ont grandi, se sont développées et ont accompli leur office sans que personne ne les remarque, les gratifie, les encourage ou les remercie, de même, elles vont se dissoudre à l'abri des regards, ignorées à tout jamais, retournant à la terre originelle et s'y perdant anonymement. A ces humbles créatures qui ont fait noblement leur travail et assuré à la nature et à l'homme un service capital, j'ai envie de dire merci.

D'elles, je reçois en effet une grande leçon dans l'art de vivre : chacun a une place essentielle à tenir au sein de la vaste humanité. S'il la tient justement, fidèlement, consciencieusement, il sauve et embellit le monde et l'empêche de s'asphyxier. L'important n'est pas d'être remarqué, considéré, reconnu mais d'accomplir, avec intelligence, intégrité et ténacité, sa tâche d'homme. Comme les feuilles anonymes de mon jardin, l'humanité est, depuis son apparition, peuplée d'hommes et de femmes inconnus qui, au long des générations et sous toutes les latitudes, ont assuré et assurent encore, par la qualité de leur vie quotidienne, la survie de l'espèce et son développement, en dépit de tous les gâchis et de toutes les régressions. Lorsque l'occasion m'est donnée de déambuler dans le cimetière de ma commune natale, où sont enterrés des gens que j'ai connus, je suis habité par une seule réflexion : quelle part d'humanité ces êtres ont-ils léguée à la génération qui les suivait en dépit de leurs limites, voire de leurs défaillances ? Devant certains caveaux, je me recueille plus particulièrement, rempli de reconnaissance, je sais la qualité d'existence des personnes dont je fais mémoire.

A la foule des anonymes qui ont construit ce monde que j'habite dans ce qu'il a de meilleur et auxquels je suis redevable d'être ce que je suis, je rends grâces. Et je souhaite, inspiré par nombre de ces devanciers, prendre le relais. J'aimerais être, au lieu où les événements m'ont placé et pour le reste de mes jours, un modeste artisan, apportant à sa manière une discrète contribution d'oxygène à l'incertaine et fragile humanité dont je suis membre. Celle-ci ne peut en effet subsister que grâce au souffle renouvelé que lui dispense jour après jour la multitude de celles et de ceux qui pratiquent les petites et les grandes vertus dont parle si bien le philosophe Comte-Sponville (1) C'est à ce chantier, qui donne parfois le vertige, que je m'efforce avec beaucoup d'autres de participer à ma mesure et selon mes capacités.

Feuilles mortes de mon jardin, savez-vous quelle leçon vous me donnez quand, après avoir effectué votre travail, vous acceptez de disparaître ? "Infimes et éphémères mais nécessaires" (2) vous l'avez été ; puissions-nous l'être nous aussi le temps de notre existence ! (3)

Jacques Musset

(1) Petit traité des grandes vertus, André Comte-Sponville, éditions PUF 1995 (retour)
(2) Prière d'homme de Marcel Légaut ( Aubier) page 53 (retour)
(3) Extrait de son livre "Le potager, école d'humanité" 2008. On peut se le procurer auprès de l'auteur E-mail : jma.musset@orange.fr - J.Musset, 12, rue du Ballon, 44680 Ste Pazanne – France Tel : 00 33 (0)2 40 02 49 15 (10 € + port) (retour)
Published by Libre pensée chrétienne - dans Mort - Au-delà - Eternité
commenter cet article

commentaires