Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 20:50
Jacques Musset Pentecôte. - Livre des Actes des apôtres, 2, 1-13
Jacques Musset
LPC n° 18 / 2012

La vérité de cet étonnant récit n'est pas d'ordre historique mais symbolique. Il résume, sous la forme littéraire d'une belle histoire, comme il y en a tant dans la Bible, ce qui peut arriver dans les communautés chrétiennes lorsqu'elles se laissent bouleverser par le Souffle qui animait Jésus au plus intime. Ce qui peut advenir aussi à chaque être humain lorsqu'il est disponible au Souffle intérieur qui ne cesse de l'inspirer.

De la richesse du texte des Actes des apôtres, je retiens trois expressions : "Tout à coup", "sur chacun d'eux", "dans nos langues, les merveilles de Dieu".

Tout à coup

Combien de fois n'ai-je pas été surpris, étonné, émerveillé mais aussi décontenancé, dérouté par des événements qui survenaient à l'improviste et me poussaient en avant, m'obligeaient à sortir de moi-même, à ouvrir les yeux, à élargir mes horizons, à me remettre en cause, à découvrir la richesse d'autrui à laquelle je n'avais pas jusqu'alors porté attention ! Sans ces  "tout à coup", que serais-je devenu ? Ils m'ont poussé hors de mes enclos, hors de mes œillères, hors de mes préjugés.

Sur chacun d'eux

L'une de mes plus grandes joies est de percevoir en ceux et en celles que je croise sur mon chemin, à commencer par les êtres qui me sont les plus proches, quelque chose du mystère intérieur qui les habite, du souffle qui les anime, du feu qui brûle en leurs profondeurs, au cœur et au-delà de leurs limites et de leurs failles. Cette attention à l'être profond d'autrui n'est ni évidente ni facile. Il faut creuser au-delà des apparences pour découvrir cette richesse intérieure. L'autre est porteur de souffle comme je le suis moi-même, mais nous ne le sommes pas de la même manière. L'autre est porteur de lumière comme je le suis également, mais chacun éclaire et réchauffe de façon singulière.

Dans nos langues, les merveilles de Dieu

Depuis Jésus, puisque sa mémoire est parvenue jusqu'à nous, chacun doit pouvoir entendre la Bonne Nouvelle dans sa propre langue. Aujourd'hui, cette Bonne Nouvelle, je me la formule, je m'efforce d'en vivre et d'en témoigner en paroles et en actes, à travers ma culture et ma façon d'exister d'homme du 21e siècle, qui sont toutes différentes de celles d'un homme du 1er ou du 13e siècle de notre ère. Le miracle, la merveille, c'est que, tout au long des générations de croyants, des êtres très divers n'ont cessé de traduire la même inspiration première en des représentations et des modes d'existence d'une étonnante diversité.

Aujourd'hui comme hier, des chrétiens dont les conditions d'existence sont inédites par rapport à celles de leurs devanciers expriment à nouveaux frais le message initial afin d'y trouver du sens. Cela suppose de ne pas confondre fidélité et répétition, ce qui fut, au fil des siècles, une tentation permanente et mortifère à laquelle il a été si facile de céder. Rénovateurs et réformateurs en ont fait les frais, encaissant condamnations, exclusions et excommunications. Immense gâchis de forces vives réduites au silence et discréditées par les tenants de l'orthodoxie, qui se croyaient les détenteurs de la vérité ! La fidélité créatrice implique que les Églises, chaque communauté et chaque chrétien prennent la responsabilité d'inventer à leurs risques et périls, à partir de l'héritage reçu, des manières de confesser leur foi qui donnent sens au vécu de leurs membres.

Je suis pour ma part infiniment heureux d'entendre la voix lointaine de l'Évangile résonner dans ma vie d'aujourd'hui et y produire des fruits. Pour cela, j'ai dû m'autoriser à traduire son message dans un langage qui soit crédible pour moi. Œuvre de réinterprétation nécessaire, d'une nécessité vitale au moment où la lecture traditionnelle des textes bibliques et évangéliques n'avait plus de sens pour moi. Œuvre de longue haleine qui m'a demandé beaucoup de travail mais à laquelle je n'ai jamais rechigné puisque cette recherche était une question fondamentale de survie personnelle. Œuvre parfois incomprise et soupçonnée d'intellectualisme et d'individualisme alors qu'elle touchait au plus profond de mon identité spirituelle. Oui, je suis profondément heureux de m'être livré à cette démarche de libération qui s'est révélée féconde pour moi et, je le crois, pour un certain nombre de gens que j'ai croisés sur ma route. De même je suis comblé de joie quand je constate le même mouvement chez d'autres êtres. Depuis que j'ai commencé à naître à moi-même, j'ai eu la chance formidable de trouver sur mon chemin des hommes et des femmes en quête d'une foi intelligente et exigeante. Avec eux s'est établie une communion en profondeur qui ne s'est jamais démentie.

Par contre, combien je déplore les discours répétitifs, dogmatiques et moralisants, qui invitent sans relâche à l'obéissance, à la conformité, à la reproduction pure et simple du passé ! Est-ce cela la Pentecôte ? Accepter personnellement d'être surpris, décontenancé, dérouté par la parole vive de l'Évangile, permettre à chacun de recevoir la Bonne Nouvelle dans son propre cheminement, quels que soient les sentiers qu'il emprunte, ne pas craindre, pour soi, pour les autres et pour les Églises, le grand vent qui bouscule les habitudes frileuses et les fausses sécurités, ne pas redouter de s'exposer au feu qui brûle impitoyablement les masques et pulvérise les faux-semblants, ne serait-ce pas plutôt cela la Pentecôte pour chacun et pour chaque communauté qui se veut chrétienne ?

Le Souffle de Dieu est au plus intime de tous les humains. Notre responsabilité n'est pas de prier qu'il vienne mais bien plutôt de nous rendre disponible quotidiennement à son inspiration à travers les événements. Pour cette œuvre essentielle, existe-t-il d'autre chemin que de nous approprier ces événements, à travers les rencontres qui nous sollicitent à l'écoute et à la solidarité, à travers les choix qui nous mettent en demeure de faire la vérité ? Si nous nous aventurons sur cette voie, pourquoi le reste ne nous serait-il pas donné par surcroît et peut-être bien au centuple ?

Jacques Musset

Published by Libre pensée chrétienne - dans Actualisation biblique
commenter cet article

commentaires