Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 12:07
Vers une nouvelle théologie expérimentale. (1)
Christiane Bassine
LPC n° 9 / 2010

La lecture de Hans Kung "Une théologie pour le troisième millénaire" et, de Joseph Moingt, "L'homme qui venait de Dieu" et sa suite notamment, donnent à penser qu'un tournant est pris par une partie au moins de la théologie contemporaine, vers une intégration de l'expérience humaine dans son système de pensée. On semble donc passer d'une théologie purement spéculative à une théologie tentant d'intégrer l'expérience que les hommes peuvent faire de Dieu. Reste à savoir si cette évolution est celle de la théologie elle-même ou une conséquence de l'effacement progressif des philosophies classiques qui avaient influencé considérablement le discours de l'Eglise catholique, notamment par les écrits des incontournables Augustin et Thomas d'Aquin. Par l'apparition de la critique historique dans la panoplie des sciences humaines, l'exégèse historico-critique, appliquée tant au Nouveau qu'au Premier Testament, a influencé les théologiens vers des perspectives humaines qui étaient jadis sans guère d'influence sur leur pensée.

Toutefois, des voix s'élèvent (Eugen Drewermann, "Fonctionnaires de Dieu", 1989) pour vouloir aller plus loin encore : "Avec cent cinquante ans de retard, Vatican II permit un grand progrès de la pensée et de la recherche authentique en prenant au sérieux la méthode historico-critique et en autorisant les théologiens catholiques à recourir à elle pour interpréter la Bible. Mais il y a maintenant un autre pas beaucoup plus important à faire, et il n'a que trop tardé : renoncer à l'idéal unilatéral d'objectivité propre à cette exégèse au profit de procédures d'interprétations fondées sur la psychologie des profondeurs, celles qui sont à même de faire voir la part de vérité humaine qu'il faut reconnaître de soi dans les différentes formes de récits de la Bible : traditions, légendes, mythes, visions, etc."

Il existe encore de grandes réticences dans l'Eglise pour aller dans ce sens qui met évidemment en cause la survenance peu attendue de l'inconscient, individuel et collectif, et le poids singulièrement gênant de la sexualité et de la culture. Il faudra vaincre ces réticences peu à peu, en même temps sans doute que la psychanalyse et les méthodes psychologiques d'analyse des phénomènes humains auront évolués vers un discours rassurant pour tous, ce qui n'est peut-être pas tout à fait le cas aujourd'hui.

Le raidissement actuel des positions vaticanes s'explique peut-être bien par l'émergence de nouvelles approches de la théologie, pour ne pas dire de différentes théologies : celle bien connue de la libération, mais aussi celle du Process (2), celle des femmes, l'africaine, l'asiatique, et nombre d'autres qui viennent au jour presque comme des champignons et qu'ignorent la plupart des chrétiens même cultivés.

Christiane Bassine

(1) Au moment de publier cet article, j'apprends que Paul Tihon, théologien belge, vient de publier un ouvrage "Libérer l'évangile" traitant mutatis mutandis (3), de ce sujet de manière évidemment plus complète. (retour)
(2) La théologie du Process dit que Dieu évolue avec l'homme, que la création est l'activité continuelle et essentielle de Dieu. (retour)
(3) "Mutatis mutandis" : En faisant les changements nécessaires. (retour)
Published by Libre pensée chrétienne - dans Eglise
commenter cet article

commentaires